Crédit photo : Medical News Today / Ajouter une variété d’épices et de noix à son alimentation peut aider à améliorer la santé intestinale
/

Une étude qui vaut son pesant de cacahuètes

Nette amélioration de la santé intestinale en 4 à 6 semaines

470 vues
Publié dans MedicalNewsToday

Des scientifiques ont récemment mené deux études distinctes pour examiner les effets des cacahuètes, des herbes et des épices, comme la cannelle, le gingembre, le cumin et le curcuma, sur le microbiome intestinal. Toutefois, les chercheurs ont souligné que des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour comprendre les implications de ces résultats et les avantages potentiels pour la santé liés à une augmentation de la présence de bactéries intestinales.

Crédit photo : Pexels/Viktor Smith
Les herbes et les épices riches en polyphénols peuvent avoir un effet sur la composition des bactéries intestinales

Une influence de l’alimentation

L’alimentation a une influence sur le type de bactéries qui habitent l’intestin, lesquelles sont liées à plusieurs indicateurs de santé, tels que le contrôle glycémique pour réguler le taux de sucre dans le sang, la réponse immunitaire et les facteurs de risque cardiovasculaire.

Des études ont révélé que les bactéries intestinales se nourrissent d’aliments riches en fibres. Les recherches ont également mis en évidence que les herbes et les épices riches en polyphénols, des composés antioxydants, peuvent avoir un effet sur la composition des bactéries intestinales ou du microbiome intestinal.

Une revue systématique de la consommation de noix a démontré que les amandes, noix, noisettes et pistaches augmentent la diversité des bactéries intestinales. Cependant, jusqu’à présent, aucune étude n’a examiné les effets des cacahuètes sur le microbiome. Des recherches supplémentaires sur les effets des aliments tels que les herbes, les épices et les cacahuètes sur les bactéries intestinales pourraient aider à développer des stratégies de soins préventifs et de traitement.

Crédit photo : Pexels/ROMAN ODINTSOV
Les amandes, noix, noisettes et pistaches augmentent la diversité des bactéries intestinales

Récemment, des chercheurs ont mené deux études pour étudier les effets de la consommation de cacahuètes, d’herbes et d’épices sur le microbiome intestinal. Ils ont constaté que ces trois ingrédients augmentaient la diversité des bactéries intestinales après seulement 4 à 6 semaines de consommation.

Les résultats de ces études ont été publiés dans les revues « The Journal of Nutrition » et « Clinical Nutrition ».

Une cuillère à café d’herbes et d’épices

Afin d’étudier les impacts des herbes et des épices sur le microbiome, les scientifiques ont sélectionné 54 adultes ayant un âge moyen de 45 ans, souffrant de surpoids ou d’obésité et présentant au moins un autre facteur de risque cardiovasculaire tel qu’un taux de glucose ou de triglycérides élevé.

l’incorporation de faibles quantités de cacahuètes, d’herbes ou d’épices dans l’alimentation pourrait augmenter la présence de certaines bactéries dans le microbiote intestinal.

Les chercheurs ont donné le même régime alimentaire à 48 participants pendant quatre semaines, accompagnées de l’une des trois doses d’herbes et d’épices suivantes : 0,5 g par jour, 3,3 g par jour ou 6,6 g par jour. Les participants ont consommé les trois quantités d’herbes et d’épices pendant quatre semaines avec une période de « washout » de deux semaines entre chaque dose. Les épices utilisées comprenaient la cannelle, le gingembre, le cumin, le curcuma, le romarin, l’origan, le basilic et le thym.

Des échantillons de selles ont été prélevés au début de l’étude et à la fin de chaque période de régime.

Crédit photo : Pexels/Mareefe
L’incorporation de faibles quantités de cacahuètes, d’herbes ou d’épices dans l’alimentation pourrait augmenter la présence de certaines bactéries dans le microbiote intestinal

Les niveaux les plus élevés de bactéries Ruminococcaceae ont été observés chez ceux qui consommaient les niveaux les plus élevés d’herbes et d’épices.

Combien de grammes d’arachides consommer ?

Pour l’étude sur les cacahuètes, cinquante adultes ayant des taux de glucose à jeun élevés et étant soit en surpoids, soit obèses ont été recrutés par les chercheurs.

Ils ont demandé aux participants de prendre chaque soir, soit 28 grammes de cacahuètes, soit des crackers et du fromage en tant que collation. Tous les participants ont essayé les deux régimes pendant six semaines, avec une période de « washout » de quatre semaines entre les deux. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de selles des participants au début de l’étude et à la fin de chaque intervention alimentaire.

Les chercheurs ont constaté que ceux qui ont mangé des cacahuètes avaient des niveaux plus élevés de la bactérie Ruminococcaceae dans leurs échantillons de selles que ceux qui ont mangé des crackers et du fromage. En outre, ils ont également noté que ceux qui ont mangé des cacahuètes avaient des niveaux plus élevés de la bactérie Roseburia qu’au début de l’étude. Des études suggèrent que la bactérie Roseburia est liée à la perte de poids et à une réduction de l’intolérance au glucose.

Comment l’alimentation peut modifier le microbiome intestinal

Pour comprendre comment les cacahuètes et les herbes peuvent augmenter la diversité du microbiome intestinal, MNT a interviewé Henrik Munch Roager, professeur associé au Département de nutrition, d’exercice et de sport de l’Université de Copenhague, qui n’a pas participé à l’étude.

Selon lui, « la légère augmentation de la diversité du microbiome intestinal pourrait être due au fait que les herbes et les épices agissent comme des substrats supplémentaires pour les microbes intestinaux. En effet, ces ingrédients sont riches en composés polyphénoliques, que les microbes intestinaux peuvent utiliser pour leur croissance. Cela permettrait à un plus grand nombre de microbes différents de prospérer dans le système gastro-intestinal. »

‘’ Alternativement, l’augmentation de la diversité pourrait être due aux épices ayant un effet sur les habitudes intestinales, car un temps de transit intestinal plus lent (le temps qu’il faut aux aliments pour voyager à travers le système gastro-intestinal) entraînerait également une augmentation de la diversité du microbiome intestinal. Malheureusement, l’étude n’a pas évalué les habitudes intestinales des participants, déclare Henrik Munch Roager.

Le Dr Lona Sandon, professeur associé au département de nutrition clinique de l’école des professions de la santé du centre médical de l’Université du Texas Southwestern, qui n’a pas été impliqué dans l’étude, a expliqué à Medical News Today que les études n’ont pas examiné spécifiquement les avantages pour la santé des Ruminococcaceae lorsque interrogé sur le sujet.

« Cependant, il semble que les Ruminococcaceae augmentent les bactéries qui produisent du butyrate, un acide gras à chaîne courte qui, lorsqu’il est produit en plus grandes quantités, peut aider à contrôler l’appétit, l’équilibre énergétique et améliorer la glycémie », a déclaré le Dr Sandon. Les mécanismes exacts par lesquels les cacahuètes et les herbes peuvent augmenter la diversité du microbiome intestinal ne sont pas encore clairs.

Selon le Dr Sandon, « en plus d’être une source de protéines et de graisses saines, les cacahuètes sont également une source de fibres. Les bactéries dans l’intestin se nourrissent de fibres. Avec plus de fibres dans l’alimentation, plus de bactéries et une plus grande variété de bactéries peuvent prospérer dans l’intestin. »

« Quant aux herbes et aux épices, elles pourraient aider à créer un environnement favorable à la croissance d’une plus grande variété de bactéries grâce aux composés polyphénoliques qu’elles contiennent. Ces composés sont également présents dans des aliments comme le chocolat noir, le vin, les raisins, les baies et les cerises. »

« Les polyphénols [dans les cacahuètes, les herbes et les épices] sont connus pour favoriser la santé de diverses manières, comme la réduction du risque de cancer ou la réduction de l’inflammation. Il se peut que la façon dont ils agissent pour favoriser la santé soit par des changements dans le microbiome intestinal », selon le Dr Lona Sandon.

Les conclusions des chercheurs indiquent que l’incorporation de faibles quantités de cacahuètes, d’herbes ou d’épices dans l’alimentation pourrait augmenter la présence de certaines bactéries dans le microbiote intestinal.

Quelles implications cela a-t-il pour la santé en général ?

Les chercheurs ont remarqué toutefois que des études supplémentaires étaient nécessaires pour comprendre comment une augmentation de la quantité de ces bactéries pourrait avoir un impact sur la santé globale. Lorsqu’on lui a demandé quelles étaient les limites de ces études, le Dr Sandon a souligné des échantillons de taille réduite et des durées d’études courtes.

« Cela rend difficile de conclure ce qui pourrait se produire à long terme. De plus, les études ne cherchaient pas spécifiquement les effets sur la santé, mais visaient plutôt à déterminer comment le changement de régime alimentaire affectait le microbiome. Nous ne pouvons pas tirer de conclusions sur les impacts sur la santé à partir de ces résultats », a-t-elle précisé.

MNT a également interrogé le Dr Dana Ellis Hunnes, professeur adjoint à l’École de santé publique de Fielding de l’UCLA, qui n’a pas participé à l’étude. Le Dr Hunnes est également l’auteur de Recipe for Survival: What You Can Do to Live a Healthier and More Environmentally Friendly Life.

« J’aimerais voir une future étude qui examine la qualité globale de l’alimentation et non seulement un aliment ou un nutriment spécifique, également connu sous le nom de réductionnisme nutritionnel ou nutritionisme », a-t-elle déclaré.

Elle a également noté que les études étaient financées par les industries elles-mêmes : The Peanut Institute, une organisation à but non lucratif qui encourage des modes de vie sains incluant la consommation de cacahuètes, et la société d’épices et d’herbes McCormick.

« Cela ne signifie pas que les études sont mauvaises, cela signifie simplement qu’elles ont un intérêt dans les résultats », a-t-elle souligné.

SOURCE : MedicalNewsToday
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Pour optimiser la santé intestinale

Prochain article

Les 6 exercices pour être plus fort !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.