Crédit photo : Longevity.Technology/La fibrine a un rôle crucial pour stopper les hémorragies dans notre corps, et il n'y a pas encore eu de méthode pour cibler ses effets inflammatoires sans affecter ses fonctions positives
/
236 vues
5 minutes de lecture

La fibrine pourrait combattre Alzheimer

Le ciblage de la fibrine pour mettre au point des immunothérapies pour traiter la maladie d'Alzheimer et d'autres pathologies

Publié dans Longevity.Technology

L’approbation du lécanemab, un médicament pour l’Alzheimer, par la FDA a suscité un certain enthousiasme, cependant, elle a été nuancée par l’incertitude des experts qui se demandent si ses avantages surpassent les risques qu’il comporte. Ces inquiétudes mettent en lumière le travail conséquent qui reste à accomplir avant d’obtenir des avancées significatives dans la lutte contre cette maladie dévastatrice. Bien que l’arrivée de ce médicament représente une étape positive, les traitements comme le lécanemab, des anticorps conçus pour supprimer la bêta-amyloïde du cerveau, n’ont pas encore produit les résultats escomptés par le monde.

Crédit photo : Longevity.Technology
Dr Michael Quigley, PDG de Therini Bio

Optimisez vos apports nutritifs grâce à des nutriments ciblés

Il est crucial de garder à l’esprit que diverses sociétés développent plusieurs stratégies pour combattre la maladie d’Alzheimer. Parmi elles, Therini Bio se distingue, ayant récemment bouclé un cycle de financement significatif de 36 millions de dollars. De plus, l’entreprise a commencé à administrer à ses premiers patients une dose de son candidat thérapeutique en phase 1, spécifiquement destiné à cibler la fibrine dans le cadre du traitement de la maladie d’Alzheimer.

Depuis longtemps, la fibrine, une protéine insoluble, a été associée à l’inflammation chronique dans diverses maladies, dont la maladie d’Alzheimer. Toutefois, la fibrine a un rôle crucial pour stopper les hémorragies dans notre corps, et il n’y a pas encore eu de méthode pour cibler ses effets inflammatoires sans affecter ses fonctions positives. C’est là qu’intervient Therini, qui affirme avoir relevé ces défis et travaille sur des traitements qui inhibent l’inflammation dans les tissus malades, sans compromettre les effets bénéfiques de la fibrine. Pour approfondir, nous avons eu une rencontre avec le PDG de Therini, le Dr Michael Quigley.

Crédit photo : Pixabay/Gerd Altmann
Cette approche pourrait être bénéfique pour un certain groupe de patients atteints de la maladie d’Alzheimer, en particulier ceux qui sont porteurs du gène APOE4

Action sur la fibrine

L’orientation adoptée par Therini est basée sur les recherches de sa fondatrice, la Dr Katerina Akassoglou, qui est professeure de neurologie à l’UCSF. Le but est de trouver des solutions aux problématiques majeures liées à la fibrine et de mettre au point des immunothérapies qui ciblent spécifiquement la fibrine.

« Le défi jusqu’à présent a résidé dans l’incapacité de distinguer le rôle crucial de la fibrine dans la coagulation sanguine et son implication dans le processus inflammatoire à l’origine de la maladie » explique Quigley. « Durant les années 70 et 80, on a tenté d’utiliser des anticoagulants, des fibrolytiques, pour dégrader la fibrine. Cependant, parmi les groupes de patients étudiés, un traitement prolongé avec des anticoagulants a montré trop de conséquences en termes de risque hémorragique. »

Au vu des jeux de données que nous avons produits, il est évident que le dépôt de fibrine est largement applicable à une variété de maladies

Dr Michael Quigley, PDG de Therini Bio

« À notre connaissance, nous sommes les premiers chez Therini à développer la capacité de viser précisément l’élément inflammatoire de la fibrine, tout en évitant entièrement d’affecter la coagulation. C’est ce que nos données précliniques jusqu’à présent nous permettent d’affirmer. »

Crédit photo : Longevity.Technology
(Haut) Rétine d’un patient atteint d’œdème maculaire diabétique. La bande rouge vif indique une couche de fibrine.
(En bas) Rétine normale

Prévision de l’arrivée des données cliniques pour 2024

Le financement récemment acquis par Therini lui permet de poursuivre son essai de phase 1 en cours, réalisé sur des volontaires en bonne santé. Il est à noter que l’entreprise n’a observé aucune incidence sur la coagulation dans ses recherches précliniques. « Dans le cadre des organismes de réglementation, nous avons la responsabilité et l’obligation d’atténuer complètement ce risque, ce qui est crucial pour nous », a affirmé Quigley.

On s’attend à ce que les informations cliniques essentielles concernant la sécurité et la validation du mécanisme soient disponibles d’ici fin 2024. Si tout se déroule comme prévu, Therini a l’intention de suivre une stratégie à la manière de la médecine personnalisée, permettant à l’entreprise de se concentrer sur les patients les plus enclins à tirer profit de son traitement. « Notre but est d’améliorer biologiquement la condition des patients dont la maladie, selon notre analyse, est en grande mesure liée à ce mécanisme de la fibrine », déclare Quigley. « Nous pensons être en mesure d’apaiser cette inflammation intense et nocive. »

Therini estime que son approche pourrait être bénéfique pour un certain groupe de patients atteints de la maladie d’Alzheimer, en particulier ceux qui sont porteurs du gène APOE4. « Quigley explique que les individus porteurs de l’APOE4 sont généralement plus nombreux parmi les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, et ils ont souvent une barrière hémato-encéphalique plus perméable ou plus vulnérable. Comme nous et d’autres l’avons observé, ces patients présentent d’importantes accumulations de fibrine dans leur cerveau. C’est de cette manière que nous envisageons notre progression clinique initiale : en nous concentrant sur une population de patients que nous soupçonnons souffrir de démence fibrinopathique. »

Fibrine et bêta-amyloïde

Quigley met l’accent sur le fait que, même si Therini ne vise pas la plaque amyloïde directement, il existe une relation étroite entre la fibrine et la bêta-amyloïde. « Il semble que la fibrine se fixe particulièrement à la bêta-amyloïde et, lorsqu’elle le fait, sa résistance à la dégradation est multipliée par cinq à dix », dit-il. « Il est assez aisé d’observer la co-localisation de la fibrine et de l’amyloïde dans les tissus prélevés post-mortem sur des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer et plus généralement dans le contexte global de la démence. »

« Je prévois un changement de perspective dans lequel les traitements pour éliminer l’amyloïde se généraliseront, à l’instar de ce que l’on observe en oncologie. Ainsi, des traitements complémentaires viendront renforcer ces thérapies anti-amyloïde. » En guise d’exemple, Quigley affirme que Therini produit des données précliniques démontrant que son composé principal pourrait potentiellement diminuer la fréquence de l’ARIA, des microhémorragies cérébrales susceptibles de se produire suite à des traitements d’élimination de l’amyloïde. « Nous sommes confiants dans notre capacité à apporter une valeur ajoutée aux patients qui continueront de bénéficier des thérapies anti-amyloïde. »

Explorer au-delà de la maladie d’Alzheimer

Outre sa recherche sur la démence, Therini poursuit un double axe de développement qui inclut également l’œdème maculaire diabétique. Quigley soutient que cette affection partage la même biologie dans le cadre de cette maladie. Cependant, l’approche que nous adoptons a le potentiel de s’étendre à de nombreux autres aspects de la santé humaine.

Il indique ensuite : « Au vu des jeux de données que nous avons produits, il est évident que le dépôt de fibrine est largement applicable à une variété de maladies. Nous l’observons dans le tissu synovial enflammé des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, dans l’intestin des patients souffrant de MII, et dans certaines manifestations de maladie rénale. »

« Il est évident qu’il y a une biologie étendue en jeu ici, et nous croyons que l’intérêt de l’étude de phase 1 sur des volontaires sains est qu’elle ouvre également la voie à un large développement ultérieur. Cependant, en tant que petite entreprise avec une perspective de médecine de précision, nous estimons que la fiabilité des données que nous avons produites nous guide indubitablement vers le cerveau et l’œil. »

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’immobilité pour ralentir le processus de vieillissement ? A méditer …

Prochain article

Les futurs vaccins du cancer ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.