Crédit photo : Unsplash/Andres Siimon / De faibles niveaux de vitamine D sont liés à un risque plus élevé de démence.
/

La prise de vitamine D aide à prévenir la démence

Les chercheurs ont constaté que la prise de vitamine D est associée à une vie sans démence plus longtemps.

542 vues
Publié dans World Health.Net

Les chercheurs du Hotchkiss Brain Institute de l’Université de Calgary au Canada et de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont analysé le lien entre la supplémentation en vitamine D et la démence en étudiant 12 388 participants du National Alzheimer’s Coordinating Center des États-Unis, âgés en moyenne de 71 ans et sans démence lors de leur inscription.

Crédit photo : Unsplash/Leohoho
La vitamine D aide à protéger le cerveau contre l’accumulation de tau, une autre protéine impliquée dans le développement de la démence.

Parmi ce groupe, 37% (4 637) prenaient des suppléments de vitamine D. Les résultats de l’étude, publiés dans Alzheimer’s & Dementia: Diagnosis, Assessment & Disease Monitoring, ont révélé que la prise de suppléments de vitamine D était liée à une durée de vie sans démence plus longue et à une baisse de 40% des diagnostics de démence chez ceux qui en prenaient.

Sur l’ensemble de l’échantillon, 2 696 personnes ont développé une démence en dix ans. Parmi elles, 2 017 (75%) n’avaient pas été exposées à la vitamine D durant les visites médicales précédant le diagnostic de démence, et 679 (25%) en avaient une exposition de base.

Le Professeur Zahinoor Ismail, de l’Université de Calgary et de l’Université d’Exeter, qui a dirigé la recherche, a déclaré : « Nous savons que la vitamine D a des effets sur le cerveau qui pourraient éventuellement réduire la démence, mais les résultats recueillis jusqu’à présent sont contradictoires. Nos résultats nous indiquent vers quels groupes nous devrions cibler pour la supplémentation en vitamine D. Globalement, nous trouvons des preuves qui indiquent qu’un complément précoce serait particulièrement bénéfique, avant le début du déclin cognitif ».

Crédit photo : Unsplash/Dave Hoefler
L’organisme est capable de synthétiser lui-même la vitamine D par le biais du rayonnement du soleil sur la peau.

L’étude a montré que la vitamine D avait un effet bénéfique sur tous les groupes, mais qu’il était plus important chez les femmes et chez les personnes qui n’ont pas signalé de signes de déficience cognitive légère ou de changement cognitif. De plus, la supplémentation était plus importante chez ceux qui n’ont pas le gène APOEe4, connu pour être un facteur de risque pour la démence d’Alzheimer. Les auteurs suggèrent que les personnes porteuses de ce gène pourraient mieux absorber la vitamine D à travers leur intestin, ce qui pourrait réduire l’effet de la supplémentation en vitamine D. Cependant, aucun taux sanguin n’a été effectué pour tester cette hypothèse.

Le lien avec la vitamine D dans cette étude suggère que la prise de suppléments de vitamine D peut être bénéfique pour prévenir ou retarder la démence.

Dr Byron Creese de l’Université d’Exeter, co-auteur de l’étude
Crédit photo : Unsplash/Michele Blackwell
La vitamine D est impliquée dans la clairance de l’amyloïde dans le cerveau, dont l’accumulation est l’une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Des recherches antérieures ont démontré que des taux faibles de vitamine D sont associés à un risque plus élevé de démence. La vitamine D est impliquée dans la clairance de l’amyloïde dans le cerveau, et ses accumulations sont l’une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Des études ont également montré que la vitamine D peut aider à protéger le cerveau contre l’accumulation de tau, une autre protéine liée à la démence.

Le Dr Byron Creese, de l’Université d’Exeter, a déclaré : « Prévenir la démence ou même retarder son apparition est d’une importance critique compte tenu du nombre croissant de personnes touchées. Le lien entre la vitamine D et cette étude suggère que la prise de suppléments de vitamine D peut être utile pour prévenir ou retarder la démence, mais des essais cliniques sont nécessaires pour confirmer cela. » L’étude VitaMIND en cours à l’Université d’Exeter examine plus en profondeur cette question en attribuant de manière aléatoire des participants à prendre de la vitamine D ou un placebo et en surveillant les changements de mémoire et de pensée au fil du temps.

SOURCE : World Health.Net
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Diabète de type 2, mieux mesurer sa glycémie

Prochain article

Priorité à la qualité du sommeil !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.