Crédit photo : Pixabay/JacksonDavid / Que diriez-vous de 20 000 ans de vie humaine ?
/

Vivre jusqu’à 20 000 ans ?

Une technologie innovante, encore à inventer, capable entre autres de réparer l'ADN

223 vues
Publié dans Popular Mechanics par Tim Newcomb

Un spécialiste en biogérontologie moléculaire est convaincu que nous n’en sommes qu’aux premières étapes de ralentir le processus de vieillissement, et qu’il sera éventuellement possible pour les êtres humains de vivre entre 1 000 et 20 000 ans. La clé d’une longévité extrême pourrait résider dans une technologie pas encore inventée, qui nous permettrait de supprimer le vieillissement au niveau des cellules.

Les seuls moyens d’obtenir des résultats de vieillissement radicalement différents sont la réparation et la reprogrammation de l’ADN cellulaire.

Crédit photo : Pixabay/LaCasadeGoethe
Transformer l’approche de la biologie afin de contourner les effets nocifs de notre ADN

Ajouter des milliers d’années à l’existence humaine

Vivre pendant 1 000 ans peut sembler une idée extravagante, mais João Pedro de Magalhães, expert en vieillissement, va encore plus loin : que diriez-vous de 20 000 ans de vie humaine ?

Ce professeur en biogérontologie moléculaire à l’Institut de l’inflammation et du vieillissement de l’Université de Birmingham en Angleterre s’est entretenu avec Scientific American sur les moyens nécessaires pour influencer véritablement le vieillissement humain. Il ne s’agit pas pour lui de rallonger la vie de quelques années par-ci, par-là, mais plutôt d’ajouter des milliers d’années à l’existence humaine.

Il pense que tout ce qui est nécessaire est une technologie innovante, encore à inventer, capable d’éliminer le vieillissement au niveau des cellules, de réparer l’ADN, et de reprogrammer les cellules pour un processus de vieillissement complètement transformé. « Je postule que dans notre ADN se trouve une série de programmes informatiques complexes qui nous font évoluer en tant qu’êtres humains adultes », a-t-il confié à Scientific American. « Cependant, il est possible que certains de ces mêmes programmes deviennent nuisibles à mesure qu’ils continuent d’agir plus tard dans la vie. »

Crédit photo : Pixabay/Silke
Reprogrammer les cellules pour un processus de vieillissement complètement transformé

Modifier ces programmes peut apporter une réponse

Magalhães affirme que l’essentiel n’est pas simplement de découvrir le prochain médicament, même si la médecine a effectivement prolongé la durée de vie et contribué à supprimer certaines des principales causes de mortalité. Selon lui, pour parvenir à ces vies extrêmement longues, il faudra trouver une manière d’éradiquer le vieillissement au niveau cellulaire, en reconfigurant les cellules et les gènes qui sont cruciaux au processus de vieillissement.

Jusqu’à maintenant, l’objet principal de ses études a été les animaux qui paraissent excéder les espèces semblables. Parmi ces créatures figurent notamment la baleine boréale, qui possède une longévité de 200 ans, et le rat-taupe nu, capable de vivre 30 ans, alors que d’autres rongeurs comparables ne survivent que quelques années.

La seule chose nécessaire est de transformer notre approche de la biologie afin de vaincre le cancer et contourner les effets nocifs de notre ADN

João Pedro de Magalhães, expert en vieillissement

« Les animaux ayant une longue espérance de vie, tels que les humains, les baleines et les éléphants, sont confrontés aux mêmes problématiques, comme le cancer, mais ils emploient diverses méthodes moléculaires pour prolonger leur existence », a expliqué Magalhães. « En ce qui concerne les baleines boréales, elles semblent bénéficier d’une réparation de l’ADN nettement supérieure. » Il met en avant le gène P53, connu pour ses facultés à inhiber le cancer, comme élément clé de cette longévité, et suggère que d’autres gènes pourraient être ciblés à cette fin.

Crédit photo : Pixabay/Emanuele Patti
Tout ce qui est nécessaire est une technologie innovante, encore à inventer, capable entre autres de réparer l’ADN

Retarder ou même renverser le vieillissement

Même si l’incorporation de médicaments récents, tels que la rapamycine, qui s’est avérée augmenter la durée de vie des animaux de jusqu’à 15%, a des effets, parvenir à une longévité équivalente à celle d’espèces sauvages, allant de 1 000 à 20 000 ans, requiert des cellules immunes au vieillissement. Pour découvrir comment mettre fin au vieillissement cellulaire, il nous faudrait émuler certaines caractéristiques d’un rat-taupe nu.

« En ce qui concerne la résistance aux cancers et probablement l’ensemble du vieillissement, c’est leur habileté à réagir et réparer les dommages de l’ADN », a affirmé l’expert, en ajoutant qu’il voyait le vieillissement plus comme un problème de logiciel que de matériel.

Magalhães est convaincu qu’en théorie, il est possible pour les humains de mettre en place des interventions radicales qui modifieraient les codes génétiques et remodeleraient la biologie humaine « afin de retarder ou même renverser le vieillissement. C’est compliqué en pratique, mais en théorie, je vois un potentiel considérable. »

En parlant d' »énorme », il entend quelque chose à peu près aussi colossal que vous pouvez l’envisager. Il y a quelques années, il a fait des calculs et a trouvé que, si nous parvenions à guérir le vieillissement humain, l’espérance de vie moyenne dépasserait 1 000 ans, a-t-il révélé à Scientific American. En excluant les accidents et les morts violentes, l’âge maximum pourrait atteindre 20 000 ans.

Selon Magalhães, la seule chose nécessaire est de transformer notre approche de la biologie afin de vaincre le cancer et contourner les effets nocifs de notre ADN. Il est convaincu que nous y parviendrons un jour. Il ne nous reste plus qu’à attendre et voir si ses prédictions se confirment.

SOURCE : Popular Mechanics
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Du sulfure d’hydrogène pour nos cellules ?

Prochain article

Les mythes sur le vieillissement peuvent en accélérer le processus

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.