Crédit photo : Unsplash/Hans Vivek / Certaines formes de méditation calment le cerveau ou suppriment l’activité cérébrale.
/
744 vues
4 minutes de lecture

La méditation peut-elle nous aider à vivre plus longtemps ?

De nouvelles recherches suggèrent que calmer le cerveau conduit à une vie plus longue.

Publié dans Psychology Today par Jeff Tarrant, Ph.D., BCN

Les chercheurs ont récemment découvert des preuves remarquables que des cerveaux « plus silencieux » sont associés à une durée de vie plus longue. Dans l’étude, publiée dans Nature, Zullo et al. et ses associés ont mené une série d’expériences avec des sujets humains et des animaux qui ont montré un lien direct entre l’excitation cérébrale et la longévité.

Crédit photo : Psychology Today
Les méditations zen augmentent la puissance alpha, ralentissent la fréquence alpha.

Plus précisément, les chercheurs ont découvert que la manipulation de l’activité d’une protéine appelée RE1-Silencing Transcription factor (ou REST, qui supprime l’activité cérébrale) était directement liée à la durée de vie de l’organisme. REST régule l’expression de certains gènes et participe au calme, à la réduction de l’activité neuronale. Lorsque cette protéine est bloquée, elle est associée à une activité neuronale accrue et à une mort prématurée. Lorsque REST a été amélioré, les organismes ont vécu plus longtemps. Cela s’est avéré pour les expériences impliquant des vers, des souris et lors de l’examen du cerveau d’humains morts à différents âges. Ces études suggèrent que les interventions réduisant ou diminuant l’activité cérébrale pourraient prolonger notre durée de vie.

Crédit photo : Psychology Today
La méditation a un effet protecteur sur le processus de vieillissement.

Il a été démontré que certaines formes de méditation calment le cerveau ou suppriment l’activité cérébrale. En fait, c’est l’idée stéréotypée de la méditation, un esprit calme (Tarrant). Du point de vue des ondes cérébrales, réduites ou plus lentes, l’activité cérébrale peut être démontrée en augmentant la quantité de certaines ondes cérébrales lentes, telles que Alpha, ou en diminuant le nombre d’ondes cérébrales rapides telles que Beta, High Beta ou Gamma.

Par exemple, des études EEG avec des pratiquants avancés de méditation ont montré que la Méditation Transcendantale (MT) entraîne systématiquement une augmentation de l’activité des ondes cérébrales Alpha1 (Travis & Shear).

La méditation a le potentiel d’avoir un impact sur la durée de notre vie.

Il a également été démontré que les méditations zen augmentent la puissance alpha, ralentissent la fréquence alpha et démontrent des changements d’activité alpha dans les lobes frontaux. Des recherches plus récentes sur les pratiques de pleine conscience ont montré une diminution de l’activité gamma pendant la prise de conscience sans effort.

Crédit photo : Unsplash/Greg Rakozy
L’astuce pour vivre une longue vie est de ralentir, de passer plus de temps dans un état détendu et, littéralement, de calmer l’esprit.

La preuve que la méditation peut conduire à une vie plus longue a également été démontrée dans d’autres études. Par exemple, une étude menée par Tonya Jacobs a comparé les participants à une retraite de méditation de trois mois à un groupe témoin. Elle a constaté que le groupe de méditation avait en moyenne 30% plus d’activité de télomérase que les témoins. La télomérase est une enzyme qui protège les chromosomes et est liée à la vitesse du processus de vieillissement. A mesure que les chromosomes vieillissent, le processus de reproduction cellulaire réduit la longueur des télomères. Lorsque ceux-ci finissent par disparaître, les cellules cessent de se répliquer et la mort survient. Ainsi, bien que cette étude n’ait pas prouvé que la méditation mène à une vie plus longue, elle a suggéré que la méditation a un effet protecteur sur le processus de vieillissement.

Des preuves plus directes du rôle de la méditation sur la durée de vie peuvent être vues dans le travail de Schneider et al., qui a publié une revue de deux études examinant l’impact de la Méditation Transcendantale (MT) sur la longévité. Dans la première étude, des sujets âgés souffrant d’hypertension artérielle ont été assignés au hasard pour apprendre la MT, la méditation de pleine conscience, la relaxation mentale ou la relaxation musculaire progressive. Après 3 mois, le groupe MT a démontré une pression artérielle significativement plus basse que les autres groupes. Lorsque les chercheurs ont examiné la durée de vie des praticiens de MT de longue date, ils étaient 23% moins susceptibles de mourir, 30% moins susceptibles de mourir d’une maladie cardiovasculaire et 49% moins susceptibles de mourir d’un cancer par rapport à un groupe témoin.

Ces études et d’autres suggèrent fortement que la méditation a le potentiel d’avoir un impact sur la durée de notre vie. L’étude la plus récente de Zulllo et al. est passionnante, car elle constitue une base pour une théorie sur la façon dont cela se produit réellement et comment nous pouvons influencer le processus. Peut-être que la méditation calme et renforce le cerveau, lui permettant de fonctionner à une capacité plus élevée avec moins de tension, conduisant finalement à une vie plus longue. Cette idée me rappelle un enseignement attribué à Yogi Bhajan qui affirme que nous sommes tous nés avec un certain nombre de respirations, et quand vous les utilisez toutes, vous mourez. L’astuce pour vivre une longue vie est de ralentir, de passer plus de temps dans un état détendu et, littéralement, de calmer l’esprit.

SOURCE : Psychology Today
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La lutte contre le vieillissement

Prochain article

Croyances Limitantes : comment s’en libérer ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.