/
1 318 vues
8 minutes de lecture

Les zones bleues : secrets d’une vie plus longue

Les zones bleues détiennent-elles vraiment les secrets d’une vie plus longue ?

Crédit photo : Live Science / Les zones bleues comptent certaines des personnes les plus âgées du monde.
Publié dans Live Science par Anna Gora

Les régions connues sous le nom de « zones bleues », réputées pour abriter certaines des populations les plus âgées au monde, sont remises en question par des études récentes. Est-ce que ces régions continuent d’exercer une influence sur la longévité ?

Crédit photo : Live Science
La nutrition a le potentiel de soutenir une longévité saine.

Existe-t-il une clé pour une longévité saine ?

Une réponse partielle à cette question peut se trouver dans les zones bleues, un terme non scientifique désignant des régions géographiques où il est supposé que les habitants vivent plus longtemps, selon une étude publiée dans l’American Journal of Lifestyle Medicine.

L’idée des points chauds de longévité a été initialement décrite dans une étude de 2004 publiée dans Experimental Gerontology. Les chercheurs ont identifié la Sardaigne comme la région avec la plus forte concentration d’hommes centenaires, c’est-à-dire ceux qui vivent jusqu’à l’âge de 100 ans ou plus.

Crédit photo : Live Science
Les recherches actuelles indiquent qu’une consommation modérée d’alcool n’aide pas les gens à vivre plus longtemps.

En se basant sur ces travaux, Dan Buettner, membre de la National Geographic Society, et d’autres chercheurs ont identifié quatre autres points chauds de longévité. Bien que ces régions soient géographiquement et culturellement différentes, elles partagent de nombreuses caractéristiques communes, ce qui pourrait être la clé pour comprendre pourquoi leurs habitants ont tendance à vivre plus longtemps. C’est ce que propose Buettner dans son livre de 2008, intitulé « Les Zones bleues : Les leçons des personnes qui ont vécu le plus longtemps. »

Cependant, le concept des zones bleues est sujet à controverse. Une étude préliminaire de 2019, qui n’a pas encore fait l’objet d’une évaluation par des pairs, suggère que les habitants des zones bleues pourraient ne pas vivre plus longtemps que leurs homologues. Au lieu de cela, le nombre élevé de supercentenaires enregistrés, c’est-à-dire de personnes de plus de 110 ans, dans ces régions pourrait être dû à des problèmes de tenue des registres ou même à des fraudes liées aux pensions.

Les personnes très actives sont moins susceptibles de mourir prématurément

Si l’existence même des zones bleues est incertaine, est-ce qu’un des facteurs identifiés par Buettner reste valable ? Certains de ces facteurs reposent sur des bases scientifiques solides, tandis que d’autres sont moins soutenus par la recherche. De plus, une grande partie des études suggérant que certains facteurs de style de vie favorisent la santé et la longévité sont basées sur des observations, ce qui rend difficile la preuve que ces facteurs sont réellement responsables de la longévité des habitants de ces régions.

Crédit photo : Live Science
Les zones bleues partagent de nombreuses caractéristiques, ce qui peut être la clé pour comprendre pourquoi leurs habitants ont tendance à vivre plus longtemps.

Quelles sont les zones bleues ?

Dans son livre, Buettner décrit cinq zones bleues connues :

  • Icaria : Une petite île grecque située dans la mer Égée.
  • Ogliastra, Sardaigne : Une région de l’île italienne en Méditerranée.
  • Okinawa : Une île au large des côtes du Japon.
  • Péninsule de Nicoya : Une péninsule située à l’est du Costa Rica.
  • Les adventistes du septième jour à Loma Linda : Une communauté vivant dans les vallées vallonnées de Californie.

Qu’est-ce que les zones bleues ont en commun ?

Selon Buettner, les zones bleues partagent neuf caractéristiques communes :

Activité physique : Les centenaires des zones bleues maintiennent un niveau élevé d’activité physique et s’adonnent fréquemment à des travaux manuels. Par exemple, la communauté de bergers en Sardaigne est connue pour parcourir plus de 8 kilomètres par jour à pied.

But : Les habitants d’Okinawa appellent cela « ikigai », tandis que les Nicoyans le nomment « plan de vida ». Ces termes traduisent tous les deux l’idée de « pourquoi je me lève le matin ». Ce sentiment de but est considéré comme source de satisfaction dans la vie, contribuant ainsi à une longévité et un bonheur accrus.

Sommeil : Les centenaires des zones bleues accordent une grande importance au repos et au sommeil. Par exemple, les habitants d’Icarie sont connus pour faire des siestes en milieu d’après-midi, tandis que la communauté de Loma Linda observe le sabbat, un jour de repos et de culte, une fois par semaine.

Règle des 80 % : Les habitants des zones bleues ont tendance à ne pas trop manger. Cette règle tire son nom d’un vieux mantra d’Okinawa qui rappelle aux gens d’arrêter de manger lorsqu’ils se sentent rassasiés à 80 %.

Régime à base de plantes : Le régime alimentaire des centenaires des zones bleues est principalement composé d’aliments d’origine végétale.

Consommation modérée d’alcool : Buettner croyait que la consommation modérée d’alcool contribuait à la longévité des centenaires des zones bleues.

Sens de la communauté : Des liens communautaires solides favorisent la longévité, selon Buettner. Par exemple, les habitants d’Okinawa sont connus pour former des réseaux sociaux solides qui offrent un soutien financier et émotionnel à leurs membres.

Priorité à la famille : Des liens familiaux forts sont au cœur des communautés des zones bleues. Par exemple, les adventistes du septième jour vivent dans des communautés très unies où les enfants prennent soin de leurs parents vieillissants.

Encouragement social : Les centenaires des zones bleues vivent dans des réseaux sociaux qui favorisent des comportements sains, facilitant ainsi le maintien d’un mode de vie sain, selon Buettner.

Que dit la science sur les zones bleues ?

La science suggère que les habitants des zones bleues ne vivent pas nécessairement plus longtemps. Par exemple, bien que les Japonais aient la plus longue espérance de vie de tous les pays, les hommes d’Okinawa ne vivent pas aussi longtemps que leurs homologues dans d’autres régions du pays, en moyenne, selon une étude publiée en 2012 dans la revue Gerontology.

Cependant, certaines des conclusions générales de Buettner sur les facteurs liés à la longévité restent valables. Par exemple, il soutient que les facteurs liés au mode de vie sont plus importants pour la longévité humaine que la génétique, une affirmation soutenue par de nombreuses preuves. Selon un article de 2018 publié dans la revue Genetics, la part de l’hérédité dans la longévité humaine peut être aussi faible que 10 %, tandis que le site Web de la National Library of Medicine MedlinePlus suggère que les gènes contribuent à environ 25 % des différences de durée de vie entre les individus.

Activité physique

En ce qui concerne l’activité physique et le risque de mortalité, les preuves sont largement concordantes : les personnes très actives ont moins de risques de mourir prématurément, selon une méta-analyse de 2021 publiée dans Preventive Medicine.

Régime alimentaire

La nutrition a le potentiel de soutenir une longévité en bonne santé, selon Annette Creedon, nutritionniste agréée et responsable de la nutrition à la British Nutrition Foundation. « On estime qu’un décès sur cinq dans le monde est lié à une mauvaise alimentation, et un régime alimentaire peu sain est associé à plusieurs maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, le diabète de type 2, l’obésité et certains cancers », a-t-elle déclaré à Live Science.

Les zones bleues partagent des similitudes dans les types d’aliments inclus, selon Creedon. Les thèmes communs incluent une consommation élevée d’aliments d’origine végétale (fruits, légumes et grains entiers), de protéines (végétales telles que les légumineuses, les noix et les graines), ainsi que certains fruits de mer, volaille, viandes maigres, produits laitiers faibles en gras et huiles insaturées comme l’huile d’olive.

« Selon les études, des habitudes alimentaires saines riches en aliments d’origine végétale sont associées à une réduction du risque de maladies cardiaques, de diabète de type 2 et de certains cancers, ainsi qu’à une réduction de la mortalité toutes causes confondues », a déclaré Creedon. Il existe également des preuves soutenant l’affirmation selon laquelle la restriction calorique peut favoriser la longévité, selon une revue de 2020 publiée dans Ageing Research Reviews. La règle des 80 % pourrait améliorer les facteurs de risque associés au développement du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, du cancer et des troubles neurologiques, ont suggéré les auteurs de la revue.

Alcool

Contrairement aux affirmations de Buettner, les recherches actuelles indiquent que la consommation modérée d’alcool n’aide pas les individus à vivre plus longtemps. Selon une revue systématique et une méta-analyse de 2016 publiées dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, une consommation modérée d’alcool ne réduit pas la mortalité, et les buveurs modérés peuvent sembler en bonne santé uniquement parce que les « abstinents » évitent généralement l’alcool en raison d’autres problèmes de santé.

De plus, contrairement à certaines idées répandues, il n’y a pas de différence significative dans le taux de mortalité associé à la consommation de vin par rapport à d’autres types d’alcool, selon une étude publiée en 2011 dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs. Quant aux polyphénols du vin, qui ont été suggérés comme bénéfiques pour la santé, il n’existe pas encore suffisamment de preuves solides pour prouver qu’ils contribuent à une longévité accrue, selon une revue de 2020 publiée dans la revue Molecules.

Bien-être psychologique

peut contribuer à une plus longue durée de vie, selon une méta-analyse de 2016 publiée dans la revue Psychosomatic Medicine. Le sentiment d’utilité était associé à une réduction du risque de décès toutes causes confondues et du risque d’événements cardiovasculaires. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires pour comprendre les mécanismes qui relient le sens de la vie aux résultats en matière de santé.

D’un autre côté, le stress et les troubles liés au stress augmentent considérablement le risque de mortalité toutes causes confondues, selon une méta-analyse de 2022 publiée dans la revue The Lancet.

Cependant, l’idée que faire une sieste favorise la longévité peut ne pas être exacte, selon une méta-analyse de 2015 publiée dans la revue Sleep. Au contraire, faire une sieste de plus d’une heure par jour est associé à un risque accru de mortalité, selon les chercheurs. Une somnolence diurne excessive peut également être un signe d’un trouble appelé hypersomnie. Si quelqu’un fait régulièrement des siestes tout au long de la journée mais se sent toujours fatigué, il est important de consulter un professionnel de la santé.

Liens sociaux

La recherche soutient largement l’affirmation de Buettner selon laquelle des liens sociaux solides et une intégration communautaire étroite favorisent la longévité.

Selon une méta-analyse de 2010 publiée dans la revue PLOS Medicine, les personnes ayant des relations sociales plus solides ont 50 % de chances supplémentaires de vivre plus longtemps que celles qui ont des relations sociales plus faibles.

Ces résultats étaient cohérents indépendamment de l’âge, du sexe, de l’état de santé ou de la cause du décès.

SOURCE : Live Science
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La compassion est d’abord là pour vous-même

Prochain article

Soyons plus positif en 7 étapes

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.